Avertir le modérateur

12/05/2010

Dessin #28 : BP lave plus noir que noir

 

Dans cette affaire, BP n'est pas tout blan, comme le souligne Courrier International.

 

BP occupe le siège du coupable dans l'affaire de la marée noire qui souille le golfe du Mexique. Le pétrolier, qui a vu dégringoler sa cote boursière, a fait profil bas, reconnaissant sa responsabilité et promettant de payer "tous les coûts nécessaires et appropriés".

BP occupe le siège du coupable dans l'affaire de la marée noire qui souille le golfe du Mexique. Le pétrolier, qui a vu dégringoler sa cote boursière, a fait profil bas, reconnaissant sa responsabilité et promettant de payer "tous les coûts nécessaires et appropriés".

Dessin de Burki paru dans 24 Heures

Luc, Consommaction

18/04/2010

Dessin #27 : Erika vs Total, mi-victoire

Un dessin mi-figue mi-raisin de Courrier International, puisque si préjudice écologique il y a eu, Total s'en sort encore une fois sans payer un sou.

0331Sondron.jpg

La cour d'appel de Paris a confirmé, le 30 mars, la responsabilité pénale de Total dans le naufrage de l'Erika, et a également confirmé la notion
de "préjudice écologique". En revanche, le jugement précise que Total n'a pas à payer de nouvelles indemnités parce qu'il n'est pas civilement responsable. Ce sont les coprévenus - la société de classification Rina, l'armateur Savarese et le gestionnaire Pollara - qui sont condamnés à payer les indemnités très fortes. La Cour s'est référée à une convention internationale qui impute la responsabilité d'une pollution par hydrocarbures au propriétaire du navire.

Luc, Consommaction

01/12/2009

Prix du gaz-chauffage : l'UFC donne des pistes

Le Figaro relaie cette étude d'UFC Que-Choisir sur l'indexation du gaz sur les prix pétroliers, que l'association conseille d'abandonner :

"Comment mieux maîtriser le prix du gaz ? C'est la question que pose l'UFC-Que choisir dans une étude publiée mardi et réalisée, pour l'association, par le cabinet Microeconomix, spécialiste des analyses économiques appliquées à l'énergie. D'après l'étude, qui décrypte les différentes composantes du prix du gaz, l'indexation des contrats de long terme d'approvisionnement en gaz sur celui des produits pétroliers n'est plus justifié car «les réserves en gaz sont plus grandes et les usages de ces deux énergies ne sont plus tout à fait les mêmes». De plus, cette méthode de calcul pénalise les consommateurs car les produits pétroliers s'inscrivent dans une tendance haussière et sont très volatiles. L'UFC-Que choisir donne ainsi l'exemple des Etats-Unis, où il existe un véritable prix du marché du gaz. Son tarif reste bas compte tenu de la récession et de la découverte de nouveaux gisements alors que le prix du pétrole est reparti à la hausse. L'association de consommateur propose donc que les prix du gaz, pour l'approvisionnement, ne soient plus indexés sur ceux du pétrole et incite GDF-Suez et l'Etat actionnaire à entamer une réflexion sur ce sujet"

evolution du prix du chauffage domestique consommaction.jpg

Autre point soulevé par l'étude : l'opacité des coûts d'acheminement du gaz (transport, distribution, stockage). L'UFC regrette ainsi que les informations concernant les charges d'exploitation du transport et de la distribution ne soient pas publiées. Il en est de même des résultats financiers des activités de stockage de GDF-Suez et Total, les deux opérateurs actuels. L'étude révèle également que l'ensemble des capitaux engagés pour le transport et la distribution sont rémunérés en France à un taux plus élevé que dans les autres pays européens. L'idée serait de les aligner pour permettre une diminution du coût de ces postes. Ainsi, pour le transport, la baisse correspondrait à 4%, soit une diminution des tarifs pour le consommateur de l'ordre de 0,4% car cette activité représente 10% du coût total. Pour la distribution, la baisse serait de 3%, soit un peu moins de 1% pour le consommateur final car la distribution représente 25% du coût global. Enfin, pour l'association, il est nécessaire que le stockage, dont le prix a augmenté de 20% sur trois ans, devienne une activité régulée, comme le sont le transport et la distribution. Actuellement, les opérateurs de gaz fixent librement leurs tarifs. L'UFC propose par conséquent que les coûts liés à l'acheminement du gaz jusqu'au consommateur final soient mieux encadrés.

Prix du gaz consommaction.jpg

Pour l'heure, les tarifs réglementés du gaz naturel sont fixés par le gouvernement après recommandation de la Commission de régulation de l'énergie. En octobre dernier, les pouvoirs publics avaient décidé de ne pas changer le prix du gaz. En effet, selon la formule appliquée pour le calcul des nouveaux tarifs, la baisse se serait limitée de 0,6% à 0,7%. La dernière baisse du gaz a eu lieu en avril dernier. Elle était de l'ordre de 11,3%."


Luc, Consommaction.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu