Avertir le modérateur

13/05/2009

Cosmétique bio : nouveaux bons produits chez Naturalia

Un peu d'info bio, que j'ai récupérée sur l'une des nouveaux prospectus magasin de Naturalia, du nom de cette chaîne de magasin bio. J'y passe de temps à autre (enfin, quand il y en a un à proximité !), et cette fois-ci je me suis arrêté au rayon des cosmétiques où il y avait de nouveaux produits. ça tombait bien, puisque la dernière "bille" de déodorant que j'avais acheté avait fini prématurément à la poubelle : produit presque défectueux et désagréable au possible.

On apprend sur le prospectus quelques infos sur l'hygiène corporelle et le rôle de "sas" de la peau, qui d'un côté protège le corps des bactéries et autres microbes, et qui de l'autre laisse transpirer, littéralement, les toxines (sueur). Et que nos savons classiques et autres produits dernier cri nous ont jusqu'ici plus décapé que lavé. Ainsi, un gel douche conventionnel est composé en moyenne de 65-70% d'eau, de 15-20% de tensioactifs (c'est ce qui 'lave', ou plutôt, 'décape'), le reste de silicone ou de cire pour lier le produit. "Ce sont spécifiquement les 20% de tensioactifs qui sont problématiques", apprend t-on, "ayant pour fonction d'émulsifier, c'est à dire de rendre les graisses solubles dans l'eau, ces composants issus de la pétrochimie, les PEG (Polyéthylène Glycol), sont agressifs pour le film hydrolipidique de la peau".

 

accueil28042009_17.jpg

La solution est simple : utiliser des tensioactifs d'origine naturelle (huile de coco) qui moussent moins mais "lavant" tout autant. Les produits présentés (rassurez-vous, la publicité bio s'arrête ici, après, vous pouvez vous rendre sur le site de Naturalia) vont du "gel douche des familles" (forcément, je l'ai pris) au déodorant sans sels d'aluminum et/ou sans alcool... et celui que j'ai pris est très agréable !

Luc

16/12/2008

Sapin naturel ou sapin artificiel : le comparatif des consomm'acteurs

 

Allez, parlons un peu de Noël malgré tout, car low-cost ou pas, on a bien le droit de faire un peu la fête. Noël, c'est surtout (enfin je parle un peu pour moi) la magie d'un sapin de Noël. Quand j'étais plus jeune, même très jeComparatif Sapin Noël naturel artificiel.jpgune, c'était un moment tout à fait exceptionnel, que je ne retrouve plus trop avec l'âge... désenchantement d'un adulte face à une jolie fable ? Peut-être. Mais tout de même, dès novembre je ne pensais qu'au sapin, et surtout à son odeur dans la maison, bonne odeur de bois fraichement coupé (vivant alors en province près du Jura, nous avions de vrais sapins, si je puis dire !), épines qui restaient longtemps, à tel point que j'arrivais souvent à convaincre mes parents de garder le sapin, en pleine forme, jusque tard en janvier. Et puis il était à peine décoré, tout juste quelques décorations maison en feuille de coton, en bois local, en fait nous étions assez développement durable avant l'heure ! Comme quoi, les chats ne font pas des chiens.

Après cette petite introduction assez personnelle, voilà ce dont je voulais parler un peu : le choix du sapin, ou plutôt la lutte qui a lieu désormais entre les sapins naturels et les sapins artificiels. Des deux côtés, des arguments à faire valoir pour qui veut un Noël un peu plus vert :

  • à ma gauche, le sapin naturel, robuste, à la bonne odeur de pin, mais jetable en un mois, qui contribue à la déforestation et à une conommation non réfléchie d'un végétal qui aurait sûrement préféré rester avec ses copains sapins sous la neige dans le Jura, ou ailleurs.
  • à ma droite, le sapin artificiel, moche (oui, moche, mais vous connaissez mon parti), mais réutilisable, donc plus vert dans l'âme. Mais également fait en plastique, donc en pétrole, importé de Chine, donc sur un trajet long et énergivore.

Qua faire ? Qua choisir ?? C'est pourtant simple. Soit vous écoutez la parole du montagnard (moi) et vous achetez avec fierté un vrai sapin, soit vous fouillez un peu le web pour trouver des avis, des conseils (pas des trucs marchands, des vrais conseils). Voilà un peu ce que l'on peut trouver pour faire son choix.

Chez Goodplanetconso, la sapin artificiel a été mis dans la catégorie assez génialement créée de "l'anti-produit". Celui qui ment sur ses origines. Réutilisable ? Oui, mais en moyenne on en change une fois tous les 3 ans, alors que le sapin artificiel devient "vert" au bout de 20 ans d'utilisation. Autre argument en faveur du vrai sapin, sa mise en culture spécialement pour Noël, qui ne contribue donc pas à la déforestation, et qui, grâce à la photosynthèse, participe à la captation du Co2 le temps de sa croissance.

Un blog du Québec nous informe même de la quantité de Co2 'produite' par chacun des sapins : "durant tout son cycle de vie, le sapin naturel produit 3,1 kg de CO2, tandis que l’artificiel en émet 8kg."

Enfin, Noel-Vert insiste sur l'écosystème lié au sapin naturel : stabilisation des sols (là j'ai un doute, on m'a dis récemment que les plantations de conifères "rongeaient les sols"), biodégradabilité, habitat naturel pour oiseaux et insectes le temps de la croissance.

Bon Noël !

Luc.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu