Avertir le modérateur

12/05/2010

Dessin #28 : BP lave plus noir que noir

 

Dans cette affaire, BP n'est pas tout blan, comme le souligne Courrier International.

 

BP occupe le siège du coupable dans l'affaire de la marée noire qui souille le golfe du Mexique. Le pétrolier, qui a vu dégringoler sa cote boursière, a fait profil bas, reconnaissant sa responsabilité et promettant de payer "tous les coûts nécessaires et appropriés".

BP occupe le siège du coupable dans l'affaire de la marée noire qui souille le golfe du Mexique. Le pétrolier, qui a vu dégringoler sa cote boursière, a fait profil bas, reconnaissant sa responsabilité et promettant de payer "tous les coûts nécessaires et appropriés".

Dessin de Burki paru dans 24 Heures

Luc, Consommaction

07/05/2010

La philosophie pour enfants, c'est étonnant

philosophie pour enfants philosophie magazine les petits platons.pngOn a l'impression que ce sont les plus petits qui posent les plus grandes questions, souvent, et qu'à mesure que l'âge nous rattrape, notre boulot, notre vie quotidienne et le rythme généralement crescendo de nos semaines et de nos mois nous éloignent de l'essentiel. C'est l'un de mes neveux, qui a lu un super bouquin sur la mort de Socrate commence à son tour à (se) poser beaucoup de questions, qui m'a fait réfléchir à cette sensation que j'ai de ne plus avoir le temps de penser profondément, intensément. Pourtant ses questions à lui ne sont d'apparence pas très compliquées : "c'est quoi, la mort ?" "pourquoi tu l'aimes depuis tout ce temps" (eh là !), "est-ce que c'est un vrai ami ?", mais derrière, en creusant un peu, ce sont les questions classiques qui reviennent, sur l'amitié, la vie, la pensée, la conscience... en faisant un peu attention, à cet âge là, ça cogite vraiment ! Sa mère, qui est institutrice, rejoint la discussion (d'accord, elle me sauve d'une discussion qui dérive sur la philosophie et que je maîtrise mal). Me parle de la "philosophie pour enfants" (n'est-ce pas la même que la "philosophie" tout court), de la manière d'entretenir le questionnement de ces gamins qui n'ont pas nos petites gênes pour exprimer leurs ressentis.

Je commence à comprendre, au fil de la discussion, que c'est quelque chose que je trouve intéressant, moi qui passe mon temps libre à me demander comment changer cette société qui tourne parfois bizarrement (si vous me suivez, vous savez que la manière dont le commerce de masse fonctionne ou pourquoi on nous refourgue des aliments bas de gamme me révolte et me pousse à trouver des solutions). Car c'est aussi une question d'éducation. Et plutôt que d'avoir l'impression de lutter contre des moulins à vent (nos comportements d'adultes, moi-même je ne suis pas toujours en harmonie avec mes désirs de vie, faute de temps, de moyen, de volonté). Alors, la philo pour enfants, pourquoi pas, si ça peut les amener, tôt, à réfléchir sur des questions qui reviendront les interroger plus tard comme c'est mon cas.
philosophie pour enfants philozenfants.png
De ce que je me souviens, la philosophie, c'était compliqué. Les noms des auteurs, impressionnants, massifs. Les "dissert'", je n'étais pas bon, loin de là, terrorisé par la feuille blanche, les idées qui germent un peu mais qui ne "sortent" pas. Alors des enfants... comment voulez-vous qu'ils y comprennent quelque chose ? La solution réside peut-être dans un enseignement particulier qui est la philosophie pour enfants. Car oui, c'est bien une matière en soi, qui vise à développer les capacités réflexives des mômes, par des moyens particuliers. C'est à dire parfois de la vulgarisation un peu bêtasse, et parfois de belles histoires. De plus en plus, ce sont des livres pour enfants qui s'emparent de ce sujet, me confie ma soeur. C'est à dire des livres illustrés, avec des textes adaptés, mais qui peuvent, si l'alchimie prend bien, être compris par les enfants... et par les adultes, je rajoute, car ça ne me ferait pas de mal de commencer par ce qui est accessible.

philosophie pour enfants les petits platons folle journée du professeur kant.pngIl existe deux approches, à priori. Celle par thèmes, comme chez Nathan, Milan ou Gallimard, qui permet de faire écho à une question. La vocation pédagogique est mise en avant, du coup c'est presque une sorte de manuel (un peu comme les encyclopédies "Junior", pour ceux à qui cela évoque quelque chose). Le problème, c'est que ça reste malgré tout théorique, un peu « scolaire » au mauvais sens du mot. L'autre approche privilégie les histoires que les auteurs eux-mêmes racontent, comme dans la collection des Petits Platons, qui choisit les textes-clés d'un philosophe, pour rentrer dans sa vision du monde. Ce qui permet d'avoir une porte d'entrée amusante vers un continent (typiquement, le titre sur Kant que m'a montré ma soeur est assez étonnant, puisque le philosophe qui me paraissait le plus abrupt se présente en randonneur dont la flanerie amoureuse amène un tas d'idées, et des réponses pour mon neveu qui se demandait pourquoi j'aimais ma femme après tout ce temps...). Leur site permet, pour les amateurs de minis-jeux, de manier une "mitraillette philosophique" pour que Kant évite les obstacles métaphysiques.



Il existe également des ateliers de philosophie pour enfants, le site des p'tits philosophes propose ainsi tout un programme pour apprendre à argumenter, concevoir, réfléchir (ce qui ne fait pas de mal vu la soupe que l'on nous sert traditionnellement à la télé et dans la pub!).

 

Luc, Consommaction

05/05/2010

Des magasins "plus humains" ?

Etonnante nouvelle du Figaro : les Français veulent des magasins "plus humains", c'est à dire où on vous dit bonjour, où l'on a pas l'impression d'etre dans une chaine d'élevage de poulet, où les vendeurs et caissiers ont le sourire, bref, un monde parfait pour aller consommet en toute bonne conscience. Pourquoi pas ? Je vais vous le dire, pourquoi pas.

 

iStock_000002027990XSmall.jpg

D'abord parce que ce sondage livre deux chiffres complètement contradictoires : pour 34% des interrogés, le supermarché doit d'abord être un lieu organisé pour gagner du temps et de l'efficacité. Dans ce cas, je vous recommande franchement ED : étalage rationalisés au maximum, vendeurs fantômes qui balancent du tapis à la caisse vos objets (le sourire, vous oubliez, eux-mêmes n'ont plus l'air vraiment vivants). L'autre chiffre, donc, c'est celui de la recherche du contact humain, 27% attendent des espace conviviaux, où vendeurs et conseillers prennent le temps, bref, où la facade est belle. Eh bien dans ce cas là allez au marché ! Si vous y avez vos repères, vous verrez qu'il est très facile d'y nouer des contacts, avec les vendeurs d'une part et les habitués de l'autre.

Vous y apprendrez ce que sont des fruits de saisons, dont vous trouverez les calendriers sur mon blog, pourquoi les producteurs sont souvent en difficulté, car oui, c'est un contact humain qui apprend plus qu'un sourire à la chaîne et non sincère d'une parfumerie, par exemple. Je m'emporte un peu, mais je trouve ce sondage vraiment ridicule. Le contact humain se mérite aussi. On ne peut pas vouloir à la fois un service peu cher qui rabote partout, sur les salaires et les nerfs des employés (voir le cas des supermarchés hard-discount) et qui, en plus, vous sourie et vous rende heureux d'avoir acheter au rabais un produit (mauvais, dans la plupart des cas). Résistons un peu !

Luc, Consommaction

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu