Avertir le modérateur

26/05/2011

La consommation responsable expliquée aux enfants

Jeudi 19 mai 2011 une journée d’ateliers scolaires était organisée à destination des écoles primaires de Strasbourg. J’ai participé à la manifestation en compagnie de ma fille et de sa classe. La thématique abordée était « La consommation responsable, qu’est-ce que c’est ?« . La maîtresse de ma fille a eu la bonne idée de sauter sur cette occasion de mettre en pratique des notions théoriques déjà abordées en classe avec ses élèves de CE2.

Me voici donc devenu l’espace d’une demi-journée accompagnateur-reporter, curieux de voir comment peuvent se dérouler ces fameux ateliers…

On doit cette initiative à la Chambre de Consommation d’Alsace (CCA) qui organise cette manifestation scolaire dans le cadre du « Salon vivre et consommer autrement » qui se déroule dans le cadre de la Quinzaine du commerce équitable ce week end (samedi 21 et dimanche 22 mai 2011) au parc de l’Orangerie à Strasbourg.

Les gentils organisateurs présents (Chloé et Fritz) m’annoncent que l’organisation de tels ateliers sont une première pour eux, en tout cas sous cette forme puisque la CCA organise de nombreux autres types d’interventions… Mais revenons au cœur du sujet ! Une grosse dizaine d’ateliers nous attendent à l’intérieur du pavillon Joséphine du parc de l’Orangerie.

Le commerce équitable

Capture d’écran 2011-11-21 à 22.02.13.pngOn commence avec mon petit groupe par l’atelier sur le thème du commerce équitable, animé par un membre de l’association Colecosol. Assis en tailleur devant 2 cagettes de bananes, les questions débutent : Quelle différence y a-t-il entre les 2 bananes ? Si tous les enfants sont d’accord pour dire qu’elles sont différentes (elles sont pourtant jaunes toutes les 2 !), il n’est pas simple de comprendre pourquoi. On fini par tomber d’accord, l’une est vendue plus cher que l’autre et dispose d’un petit autocollant… Diaporama à l’appui, l’animateur explique simplement aux enfant les principes de rétributions des producteurs, ceux du partage équitable des revenus ainsi que l’action de l’association Max Havelaar qui va aider les petits producteurs à obtenir une rétribution plus juste de leur travail…

Alimentation équilibrée

Capture d’écran 2011-11-21 à 22.02.18.pngAllez hopla, comme on dit en Alsace, atelier suivant ! On passe passe au « Self » pour choisir son repas. Les élèves sont invité à choisir eux même leur repas… Un plateau, des assiettes et des faux plats imprimés qu’il faut choisir sans contrainte. Légumes, fruits, yaourt, eau mais aussi frites, steak, coca. And the winner is : Le steak-frites-ketchup-coca-glace bien sûr. J’ai même entendu des questions du genre « Est-ce que je peux prendre 2 fois des frites ?« . Si ce quintet gagnant, a remporté un vif succès, on en a tout de même surpris quelques uns, pris de remord, échangeant leurs frites contre des haricots verts… Bilan : une explication sur la nécessité de manger équilibré, de varier son alimentation et surtout de manger beaucoup de fruits et de légumes !

Les bons logos

Apprendre à reconnaitre les bons « logos » (ou labels) sur les emballages. Le grand vainqueur est le label AB (voir photo), reconnu par tous les enfants. Le label bio européen à encore quelques années à tirer avant d’être reconnu. Ce qui est sûr, c’est que la couleur verte pousse les enfants à classer les logos présentés comme étant « bons » pour l’environnement.

Bien que bénéficiant d’une faible notoriété, le label Nature et Progrès est présenté aux enfants comme le meilleur de tous. C’est en tout cas le plus exigeant actuellement et encore trop rare à mon sens….

Et vous, savez-vous reconnaitre les éco-labels ?
atelier des fruits et légumes de saisonLa bonne saison des fruits et légumes

C’est certainement l’atelier où les enfants se sont senti les plus désemparés… Il s’agissait d’associer des fruits et des légumes pour chaque saison… Pas simple en effet, puisqu’en se promenant dans les rayons d’un supermarché, beaucoup de fruits et légumes sont importés d’autres pays.  On trouve donc de tout, toute l’année ! Les enfants ont du mal à se repérer… Et vous les grands, êtes-vous au point ? Pour vous aider, vous pouvez consulter un calendrier des fruits et légumes de saison sur le site www.mon-panier-bio.com


La gestion des déchets : le tri sélectif

On garde le rythme en passant à quelques contrôles de connaissances sur l’organisation du tri pour les déchets ménagers. Après distribution de quelques détritus aux enfants, ils doivent les jeter dans la bonne poubelle : dans la poubelle jaune on place les déchets recyclables hors verre : emballages ménagers, papiers, journaux, bouteilles plastique… Dans la la poubelle bleue, tout le reste sauf le verre

Les enfants sont habitués à faire le tri. Il faut dire qu’à Strasbourg la gestion et le tri sélectif est en place depuis de nombreuses années. C’est un peu l’atelier détente, on se bouscule pour mettre un « panier dans le mille »


Les énergies grises

Beaucoup de chose à apprendre ici ! Les enfants doivent replacer dans l’ordre les cartes pour reconstituer la vie d’un steak haché, de l’élevage jusqu’à sa mise en rayon, cela fait beaucoup de cartes ! Ils peuvent mesurer avec une règle le nombre de kilomètres parcourus dans le processus de fabrication d’un T-shirt, découvrir des bons ou mauvais produits en termes d’impact sur l’environnement… Tout ce que nous achetons ou produisons a des effets sur la santé de notre planète ! Mené tambours battants par un membre de l’association Alter Énergie Alsace, l’atelier ne désempli pas et suscite un vif intérêt !
atelier cyclesOn ne jette pas, on répare !

Les membres de l’association Bretz’Selle se relaient pour montrer aux enfants combien il est facile de réparer les freins de son vélo ou de mettre une rustine sur sa chambre à air au lieu de la changer systématiquement. Fastoche ! Les enfants gonflent, dégonflent, grattent, collent et le tour est joué

A noter que l’association Bretz’selle organise la fête du vélo les 27, 28 et 29 mai 2011 à Strasbourg (le concours de vélos déguisés risque d’être poilant !)

Luc.

03/03/2011

Faire les couses, ça s'apprend !

Mes lecteurs reconnaîtront dans cette thématique l'une de mes favorites, car oui, faire les courses est un réel "sport" auquel il faut "s'entraîner", sauf à vouloir payer le prix fort et à se laisser manipuler par l'organisation des supermarchés, les promos... ou tout bêtement votre appétit (on sait que faire les courses en ayant faim est le meilleur moyen de rapporter plus que prévu... sans pour autant tout manger in fine!).

consommaction blog caddie malin apprendre à faire ses courses déchets prix pouvoir d'achat supermarché2.jpg

C'est l'association de consommateurs CLCV qui est à l'initiative de cette "formation" expresse, sur le terrain, dans le Sud-Ouest, et quelque chose me dit qu'en ces temps d'inflation, de crise et de contraction du pouvoir d'achat, on pourrait bien en voir de plus en plus. Concrêtement, nous rapporte la Dépeche, cette formation permet d'économiser à la fois sur le prix du panier moyen, mais aussi sur la quantité de déchets rejetés :

  • Le "caddie gaspi" vaut ainsi 67,22 €, pour 2,95 kg de déchets.
  • Le "caddie malin" vaut de son côté 38,63 €, pour 1,20 kg de déchets

On est donc sur un rapport du simple au double, en gros. Les "grandes marques" ont du mourron à se faire, elles qui margent très confortablement sur le marketing et le fameux packaging, oui, celui qu'on retire en râlant dès le retour des courses sinon on a du mal à fermer son frigo.

consommaction blog caddie malin apprendre à faire ses courses déchets prix pouvoir d'achat supermarché1.jpg

On retiendra tout de même de petites avancées du côté des distributeurs, avec Leclerc qui avait ainsi proposé un certain nombre de produits de base sans packaging, mais du bout des lèvres, ayant peur que nous autres "pauvres" consommateurs soyions troublés par cette modification si soudaine de nos habitudes d'achat. S'il savait !

Luc, Consommaction.

05/05/2010

Des magasins "plus humains" ?

Etonnante nouvelle du Figaro : les Français veulent des magasins "plus humains", c'est à dire où on vous dit bonjour, où l'on a pas l'impression d'etre dans une chaine d'élevage de poulet, où les vendeurs et caissiers ont le sourire, bref, un monde parfait pour aller consommet en toute bonne conscience. Pourquoi pas ? Je vais vous le dire, pourquoi pas.

 

iStock_000002027990XSmall.jpg

D'abord parce que ce sondage livre deux chiffres complètement contradictoires : pour 34% des interrogés, le supermarché doit d'abord être un lieu organisé pour gagner du temps et de l'efficacité. Dans ce cas, je vous recommande franchement ED : étalage rationalisés au maximum, vendeurs fantômes qui balancent du tapis à la caisse vos objets (le sourire, vous oubliez, eux-mêmes n'ont plus l'air vraiment vivants). L'autre chiffre, donc, c'est celui de la recherche du contact humain, 27% attendent des espace conviviaux, où vendeurs et conseillers prennent le temps, bref, où la facade est belle. Eh bien dans ce cas là allez au marché ! Si vous y avez vos repères, vous verrez qu'il est très facile d'y nouer des contacts, avec les vendeurs d'une part et les habitués de l'autre.

Vous y apprendrez ce que sont des fruits de saisons, dont vous trouverez les calendriers sur mon blog, pourquoi les producteurs sont souvent en difficulté, car oui, c'est un contact humain qui apprend plus qu'un sourire à la chaîne et non sincère d'une parfumerie, par exemple. Je m'emporte un peu, mais je trouve ce sondage vraiment ridicule. Le contact humain se mérite aussi. On ne peut pas vouloir à la fois un service peu cher qui rabote partout, sur les salaires et les nerfs des employés (voir le cas des supermarchés hard-discount) et qui, en plus, vous sourie et vous rende heureux d'avoir acheter au rabais un produit (mauvais, dans la plupart des cas). Résistons un peu !

Luc, Consommaction

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu