Avertir le modérateur

06/03/2010

Yannick Noah, nouvel éco-tartuffe ?

yannick_noah_lance_une_marque_de_soins_pour_la_peau bourjois consommaction arnaqueu_article.jpgTrop de vert tue le vert, c'est maintenant certain. J'avais déjà écrit un billet la semaine passée sur le "trop de bio" et les multiples arnaques que représentaient les produits supposés nous détoxifier, nous requinquer et nous nettoyer au prix fort. A cette liste des "éco-arnaques", si l'on peut dire, je serais aujourd'hui très tenté de rajouter l'initiative franchement limite de Yannick Noah, qui a lancé avec l'aide de la marque Bourjois une ligne de cosmétique "naturels" appelés "Ecoute ta Nature". Mon sang ne fait qu'un tour et en quelques lignes du papier du Figaro sur ce sujet, je me rends compte que le visage de Noah se superpose avec celui de Hulot, autre pitre du pseudo-écologisme qui nous vend des films messianniques ridicules en même temps que des crèmes de bain-douche... le tout en évitant soigneusement de ne jamais écorcher ses sponsors, de Tf1 à EDF. Merci l'artiste.

Alors quid de cette nouvelle poussée de greenwashing incarnée par le chouchou des Français ? La chef du projet chez Bourgois précise : «Yannick Noah est un véritable levier pour notre discours. C'est une personnalité à la fois consensuelle et atypique qui incarne des valeurs fortes comme la spontanéité, la simplicité, le respect, la sensibilité à l'écologie, la famille.». Un joli discours de communicant qui, je l'espère, ne convaincra pas ceux qui font un tantinet attention à ce qu'ils achètent. Des produits "à 97% naturels", c'est facile quand on ne définit pas le terme "naturel". Le pétrole aussi, c'est naturel. La chimie des cosmétiques aussi, qui transforme des produits naturels. Tout produit créé par l'homme est potentiellement naturel, puisque selon la maxime de Lavoisier, "rien ne se créé, rien ne se perd, tout se transforme". A moins donc d'aller importer des métaux extra-terrestres, oui, même les produits les moins écolo peuvent se targuer d'être verts. D'autre part, comme le souligne l'Observatoire des Cosmétiques, un produit peut être naturel mais exploité n'importe comment, comme c'est le cas de l'huile de palme (utilisé dans l'alimentation mais aussi pour les produits de beauté). Et pour les gels-douche puisque c'est de cela dont on parle, le verdict est encore plus tranché : "la chimie du chlore, l'irradiation ou l'éthoxylation. Cette dernière technique est très employée notamment pour l'obtention de tensioactifs, ces agents moussants que l'on retrouve systématiquement dans les gels douches et les shampooings et également dans bien d'autres produits. Elle donne naissance à tous les ingrédients de type PEG (ou encore aux composés dont le nom se termine par le suffixe -eth suivi de chiffres), et son process s'avère particulièrement polluant.".

Autre chose : l'absence totale de certification de ces produits, selon l'article de OrSérie qui a pu tester les produits. J'avais déjà parlé de la guerre des labels bio avec le cas de la nouvelle lessive Le Chat. En fait, une partie de ces labels émane directement de grands groupes qui souhaitent ainsi flouter la qualité des premiers labels, comme AB. Chez Bourjois, l'effet Yannick dispense même de passage par une certification ! Un joli sourire de l'ex-tennisman suffit amplement !

 

sondage français consommation développement durable bio AB consommaction.jpg

Alors souhaitons simplement à Yannick Noah la bienvenue dans le cercle des éco-tartuffes, aux côté de Yann-Arthus Bertrand et ses photos-élicos , de Nicolas Hulot et ses crèmes de douches sponsorisées par TF1 ou encore de Jean-Pierre Coffe qui nous vend ses sous-produits Leader Price comme de la marchandise de qualité. Grâce à eux, les consommateurs pourront continuer à acheter en toute bonne conscience des produits qui n'ont de vert que le nom. Ces personnes sont, à mon avis, responsables du flou qui existe chez les consommateurs. Un coup d'oeil sur ce sondage nous montre bien que les Français n'y comprennent rien aux certifications, car trop nombreuses.

A bon entendeur,

Luc, Consommaction.

18/01/2010

La DGCCRF n’est plus. Qui protègera les consommateurs ?

Je ne vous cache pas que je suis assez scandalisé par cet escamotage. Malgré les assurances données par le gouvernement et Bercy, la DGCCRF (Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes), véritable gendarme de la consommation en France, sera diluée avec d’autres services dans le Direction départementale de la protection des populations (DDPP)… Le tout dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP), le programme supposé faire économiser de l’argent à l’Etat. Au détriment des consommateurs ?

 

Car les quelques 3 000 agents de la DGCCRF seront placés sous l’autorité des préfets (qui sont nommés directement par le gouvernement), du coup, on peut légitimement craindre pour l’indépendance de ces fonctionnaires qui font un boulot formidable. Je vous ai souvent proposé de la documentation de ce service, dont le site est une véritable mine d’or ! Les fiches synthétiques pour passer les fêtes sans arnaques, les réflexions sur la « nouvelle économie de services », les « warning » sur les arnaques à la loterie sur Internet, ou encore les Ateliers de la consommation qui réunit des universitaires et des spécialistes sur des thèmes autour de la consommation… c’est bien tout ça qui est menacé, et encore plus ! Les hotlines qui ne marchent pas, les SMS surtaxés, l’obligation pour les banques d’envoyer aux usagers le relevé des frais bancaires, font aussi partie du champ de compétences de la DGCCRF.

 

 

consommaction DGCCRF fraude consommation arnaque.jpg

 

Michel Garcin, délégué syndical FO à la DGCCRF (dont vous pouvez visiter le blog), estime dans les Echos que la « fusion » de sa maison avec, par exemple, les services vétérinaires (oui, les services vétérinaires), « c’est le mariage de la carpe et du lapin ». Il donne un exemple concret des risques que le placement en préfecture implique : « récemment, Bruxelles s'est inquiété de l'explosion de plusieurs téléphones portables (iPhone). Les services de la DGCCRF ont mené l'enquête en moins de dix jours dans les 100 départements français. Si les préfets avaient dû gérer le dossier, la réactivité aurait été moindre : l'affaire des iPhone aurait été traitée bien après d'autres. »

 

L’article de France-Soir sur le sujet me semble bien conclure cet événement : « Les préfets ont donc la lourde tâche de reprendre à leur charge une organisation qui, ces dernières années, a pesé de tout son poids sur les opérateurs de télécoms pour leur mauvaise qualité de services, les syndics de copropriété pour leurs pratiques abusives ou les fabricants de jouets pour la possible dangerosité de ceux-ci. A son actif, en outre, le rappel de produits commercialisés dangereux, des chaussures ou des chaises, fabriquées en Chine. Reste à la DDPP, aux préfets et aux départements de faire oublier au plus vite feu la DGCCRF. ».

 

Alors je souhaite bon courage aux agents de la DGCCRF qui seront mutés, je les remercie de leur travail, de la qualité et de la pédagogie de leur site web qui m’a appris beaucoup en tant que consommacteur. En espérant qu’ils puissent continuer à faire leur boulot de « garde-fou » de la consommation, car nous en avons bien besoin.

 

Luc, Consommaction

 

 

22/12/2009

Noël sans arnaques avec la DGCCRF

Encore une mine d'or d'informations à aller éplucher pour ceux qui désirent passer des vacances tranquilles ! Le site de la DGCCRF (la direction des fraudes, dont le site regorge de données et de conseils pour tous les aspects de la consommation, de la contrefaçon aux produits défectueux) propose pour passer les fêtes sans arnaques un certain nombre de fiches très bien faites pour :

  • les vacances : bien conduire sur l'autoroute, choisir son hôtel selon ses références obligatoires, la sécurité des sports d'hiver..
  • la fête : les règles d'hygiène des restaurants, le guide des tarifications des taxis...
  • le réveillon : tout savoir sur l'origine et la qualité des chocolats, du fois gras, des vins et champagnes...
  • les cadeaux : les jouets, en bois ou en plastiques, les produits du multimédia, etc...

DGCCRF consommaction noël arnaque vacances.jpg

Bref, si vous avez un doute, une question ou si vous avez besoin de pistes pour déposer une plainte ou une réclamation, ces fiches vous seront bien utiles. C'est là que l'on voit, selon moi, le travail idéal de la puissance publique : produire une information indépendante, de qualité, et qui permet aux citoyens de ne pas se faire avoir, car les arnaques sont nombreuses et les recours toujours compliqués.

En vous souhaitant de joyeuses fêtes de fin d'année !

Luc, Consommaction.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu