Avertir le modérateur

18/08/2009

Rentrée scolaire : 9% moins cher en 2009

Eh oui, c'est déjà bientôt la rentrée (les 2 et 3 septembre) et il faut penser à reconstituer tout ou partie du trousseau des enfants pour que tout se passe bien... et pour éviter de devoir repasser par la case "supermarché" en cas d'oubli du compas, du cartable ou du cahier de brouillon qui va bien ! C'est sur France Inter ce matin que la revue de presse nous informait de la baisse du prix du "paquet" rentrée, précisément de 8,7%, passant ainsi de 190€ à 174€ en 2008 pour l'équipement complet d'une rentrée de classe de 6ème, tenue de sport comprise, selon les chiffres de l'Est Républicain. C'est initialement l'association Familles de France qui a mené une enquête détaillée auprès de 447 ménages dans 82 départements, le tout grâce à ses nombreux bénévoles ! Si je suis généralement assez peu d'accord avec les avis de cette association (pour qui tout ou presque est un danger potentiel pour l'enfance, notamment Internet, alors qu'il me semble que c'est avant tout un outil de connaissance), force est de constater qu'encore une fois, le milieu associatif et consomm'acteur est dynamique.

Rentrée.jpg

Il semble cependant nécessaire de précise certaines données de cette baisse du prix moyen, qui cache des informations importantes :

  • En ce qui concerne le type de produits affecté, ce sont principalement les produits de la papeterie qui connaissent la plus forte baisse de prix en un an (- 27,3%). Peut-être car les enfants travaillent de plus en plus sur ordinateur (au moins à la maison ?). Alors que les vêtements de sport augmentent très légèrement (+0,9%)
  • En ce qui concerne le type de distributeur, ce sont, eh oui, les magasins spécialisés qui ont fait le plus gros efforts, en baissant leurs prix de plus de 14%, alors que les super- et hypermarchés ne les ont baissé que de 2 et 5% respectivement. Cela fait tout de même 20€ de différence sur l'ensemble du "panier" de la rentrée, ce qui n'est pas négligeable quand on a plusieurs enfants à équiper.
  • Attention au greenwashing ! Les producteurs et distributeurs jouent au maximum la carte de l'écologie, alors même que les produits de papeterie sont parmi les plus polluants (je ne souhaite à personne d'habiter près d'une usine de pâte à papier), et parmi les plus "consommables", c'est à dire que leur durée de vie est minime et qu'il faut les remplacer souvent. Autant d'emballage, de cartouches, de plastiques en plus.
  • Attention également aux "licences", c'est à dire des marques qui attirent vos enfants mais qui coûtent plus cher à l'achat (le cartable spiderman est évidemment plus cher que le cartable sans marque. Et au passage je trouve plutôt joli ce cartable recyclé de chez nature & découvertes, deux fois moins cher que celui de Dora l'exploratrice trouvé chez cdiscount. Mais il ne s'agit pas de produits identiques, j'ai l'impression).
  • Evitez les prix trop bas. A l'instar de ce qui se passe avec les enseignes du hard-discount, il s'agit le plus souvent d'objets de mauvaises qualité... un peu comme l'histoire du kilo de poulet à 3€, on aura du mal à me faire croire que c'est du fermier, d'ailleurs les Français ne s'y trompent pas, qui délaissent depuis peu ce type d'enseigne. Les magasins spécialisés ont d'ailleurs rarement des prix cassés de la sorte.
  • Dernier conseil enfin, évitez pour vos achats de rentrée les sites de ventes en ligne... Je vous parlais il y a peu des marques détestées des internautes, et bien le secteur de l'équipement de rentrée n'y coupe pas. Familles de France ajoute donc à la liste noire de l'e-commerce les sites de CULTURA, TOP OFFICE, OFFICE DEPOT, BUREAU RHONE ALPES, ET FOURNITURE BUREAU. Ce qu'on leur reproche ? Des prix qui ne sont pas moins chers qu'en magasin, et surtout, comme c'est souvent le cas sur Internet, des clauses totalement abusives qui nous laissent, nous les consommateurs, sans défense ou presque en cas de non-livraison, produit défectueux, etc.
PrixRentréeConsommaction.jpg

Et puis si vous avez la chance comme moi d'avoir un papetier de quartier pas loin, vous faites aussi vivre le commerce de proximité, c'est à dire la vie locale de vos villes, sans Co2 de transports, et souvent avec le sourire. Sans eux, nos quartiers seraient un peu tristes ! Pour ceux qui ont du temps, je vous recommande chaudement le pdf très complet de Familles de France sur les prix de cette rentrée, c'est plein d'enseignements.

Bonne rentrée, donc,

Luc, Consommaction.

09/06/2009

La lutte des classes prise en photo !

En faisant un tour sur mes journaux préférés sur le web (que vous retrouvez souvent ici), je suis tombé sur cette page du Figaro.fr, parue aujourd'hui 9 juin 2009 vers midi... pour ceux qui ont les yeux fatigués, il s'agit d'une capture d'écran de la rubrique "Patrimoine" (où je trouve souvent les articles conso, arnaques, pouvoir d'achat), sur laquelle le premier article ("Comment réduire son ISF?") semble faire la nique aux deux d'après ("pas de vacances" et "prime de précarité".

 

fig1.jpg

C'est ça, la France d'aujourd'hui, on aide les super-riches à payer moins d'impôt (mais avec la crise actuelle, on ne doutait plus de leur absence totale de solidarité envers le pays qui les a éduqué et la population qu'ils ne doivent pas beaucoup fréquenté derrière leurs vitres fumées), et on fait l'aumône électorale aux pauvres, parce qu'il faut bien qu'ils mangent et qu'ils votent (bien). Comment voulez-vous qu'on finance la solidarité (sinon, autant revenir au Moyen-Age ou à l'époque des minis-roitelets, ou mieux, à l'âge de pierre !) si l'on invite les plus riches à ne pas payer trop d'impôts (on les imagine mal faire leur fond de poche à Lidle le samedi après-midi).

Je suis scandalisé par ce manque de conscience collective.

C'était le coup de gueule du jour !

Luc, Consommaction

28/05/2009

Les Français endettés à 74,4% de leurs revenus

Reprise d'un titre de la rubrique Conso du Figaro.fr, ce chiffre inquiétant de l'endettement des ménages Français, c'est à dire que les 3/4 des ressources dont dispose ce ménage proviennent non pas du salaire, mais du crédit (immobilier, surtout, mais j'imagine que le fléau que sont les crédits renouvelables ou revolving - jusqu'à 20,9% ! - commence à se faire sentir). L'encours moyen du ménage Français se situe toutefois encore dans la fourchette basse en Europe, selon l'Observatoire de l'Epargne Européenne, avec 12 378€ à d'emprunté. Inquiétant car ce rapport dette/revenu disponible est en hausse continue depuis des années, à titre de comparaison, ce taux d'endettement était de 59,4% en 2000 (Banque de France), et de 47,3% (rapport du Sénat) en 1995...

credit06a_tiny.jpg

Et encore, si l'on s'en tenait à la volonté de certains de copier le modèle américain, nous aussi nous connaitrions peut-être des taux d'endettement qui dépasse l'entendement (140% du revenu disponible d'un ménage aux Etats-Unis en 2006, selon le Journal du Net), mais à ce niveau là, on appelle ça non pas vivre au-dessus de ses moyens, mais vivre sans moyens. Les conséquences quand le revenu, principale source de remboursement des crédits (mais parfois, on utilise aussi un crédit pour en rembourser un autre, d'où l'explosion du surendettement en France - 700 000 ménages !). Pour éviter les déconvenues trop dures, pas de solutions miracle mais quelques conseils, comme ceux du Parisien que je vous avais relayé tantôt, c'est du bon sens, mais en s'y tenant strictement (même si c'est dur), en principe, on évite le pire :

  • Faites un budget des dépenses courantes et tenez-vous y, pour ne pas avoir à emprunter pour ces dépenses (loyer, téléphone, courses, plein, assurances)
  • Ne dépassez pas 30% d’endettement, c’est à dire que vous ne devez pas consacrer plus de 30% de votre salaire au remboursement de votre dette. Si vous gagnez 2100 € nets, votre plafond, c’est 700 €. Au-delà, ça se complique pour les dépenses courantes.
  • Constituer vous un petit matelas financier sur un compte à part en cas de coup dur. Vous pouvez décider de verser même 50€ par mois sur un compte bloqué, au bout de 2-3 ans vous aurez déjà presque 2000€ en cas d’imprévu (voiture qui tombe en panne, accident lourd, chômage technique…)
  • Ne prenez qu’un crédit à la fois. Tant que la loi ne changera pas (et elle ne changera pas, à mon avis), on vous incitera à prendre crédit sur crédit, c’est à dire à cumuler les remboursements.
  • Si vous voyez le mot « revolving », fuyez comme la peste le crédit qui y est attaché. Un peu long à expliquer, mais franchement, c’est le meilleur de ces conseils (voir notre illustration : ce sont toutes ces cartes de fidélité/crédit qui sont au coeur du credit revolving appelé aussi "crédit permanent").

Pour le reste, on ne peut que déplorer le manque d'encadrement législatif de ces crédits renouvelables, qui combiné aux campagnes agressives et langue de bois des banques, comme ce vrai-faux site de débat de Cetelem où je m'étais "battu" avec les organisateurs. Soyez vigilants face à ces offres qui ont l'air trop attirantes !

Luc, Consommaction

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu