Avertir le modérateur

31/01/2009

Frais bancaires : les DOM-TOM paient plein pot !

Après le comparatif que j'avais dressé des frais bancaires annuels, et les pistes que j'évoquais pour lutter contre l'avarice et les coups tordus des banques, voilà un autre tableau des frais bancaires, pas les mêmes, édité par le Figaro et CLCV, une association de consommateurs. Pas triste, la conclusion : nos compatriotes des DOM-TOM paient des sommes hallucinantes pour la simple gestion de leur compte. Voyez-vous mêmes :

tableau_banque.jpg

Bref, comme dit le proverbe, mieux vaut être en bonne santé, riche... et metropolitain.
Luc.

22/01/2009

Comparatif des frais bancaires : du simple au double !

C'est une bonne nouvelle dans le paysage bancaire pour tous les usagers et consommateurs : on va enfin y voir plus clair dans les fameux "frais bancaires", qui s'appliquent souvent discrètement à différents types d'opérations : retrait dans un guichet d'une banque concurrente, opposition, etc. Ce sont en général de petites sommes (quoique), mais qui accumulés sur un an donnent généralement une obole supplémentaire à des banques qui en ce moment ne sont pas en odeur de sainteté ! Je vous avais déjà proposé ici un best-of (et un pire-de) des banques, mais sans chiffres. Désormais, avec la loi Châtel du 3 janvier 2008, les banques sont obligées d'envoyer chaque année un relevé de ces opérations bancaires souvent coûteuses... et le constant est simple : d'une banque à l'autre, les frais varient du simple au double. Puisqu'on ne dispose que peu de moyens pour faire pression sur les banques (voir ma réflexion sur des éventuelles "class actions" contre les banques via leurs chartes éthiques), au moins, avec un comparatif, on peut choisir sa banque en sachant les frais qu'elles appliquent, et du coup, ce qu'il en coûte réellement par an.

 

Tableau consommaction frais banque.jpg

Cette mesure prend effet immédiatement puisque les banques ont jusqu'au 31 janvier pour vous envoyer ce relevé, si ce n'est pas encore fait, ça ne saurait donc tarder... et si ça ne fait pas, on a dispose désormais d'une loi pour se défendre.

Avec ce tableau que j'ai dressé à l'aide de La Provence et de l'UFC Que choisir, on en sait déjà un peu plus. Ensuite, il faut savoir deux trois choses pour maîtriser ces frais cachés. Votre banque doit vous envoyer ses tarifs chaque année. Vous avez alors 2 mois pour contester ces tarifs (ou une opération sur votre compte n'y correspondant pas), par lettre recommandée. Par la suite, ce sera à la banque de prouver qu'elle vous a envoyé ses tarifs, et comme elle n'utilise pas de recommandé... Enfin tout n'est pas rose si vous changez de banques (enfin si vous y parvenez, car ce n'est pas facile avec des livrets et comptes-titres par exemple), comme le souligne Serge Maître de l'Afub, "vous avez le choix certes, mais entre la peste et le choléra". Nous voilà prévenus !

Enfin, malgré tout, cette loi Châtel est une avancée certaine, comme le rappelle Odile Leturcq, présidente de l'UFC Que Choisir Marseille : "Lors de la dernière enquête, nous avions dénombré pas moins de 170 frais différents. La vertu de cette nouvelle loi est d'indiquer aux utilisateurs le coût exact du service bancaire annuel et leur permettre de comparer les coûts facturés par différents établissements bancaires. Il existe des écarts énormes d'une banque à l'autre".

Pour aller plus loin, vous pouvez lire ou relire les posts de ma rubrique banques/assurances

Luc, Consommaction

 

20/01/2009

Rémunération des banquiers : où l'on peut reparler de "développement durable" !

420px-Schéma_du_développement_durable.svg.pngC'est un post de J'épargne Utile qui m'a alerté sur un lien peu évident entre rémunérations des grands (gros et gras) patrons de banque et développement durable. Revenant sur la suppression des rémunérations et bonus que ces derniers devront appliquer s'ils veulent toucher les subsides de l'Etat, le blog rappelle que :

"les principes du développement durable auxquels consentent la plupart des banques françaises comportent aussi une part de responsabilité et de transparence en termes de rémunérations des dirigeants"

Mais c'est bien sûr ! Peut-être qu'il y a même là une faille énorme en terme de droit. Reprenons depuis le début pour exposer mon raisonnement et récolter vos avis sur ce point précis, parce que pour une fois que les consommateurs pourraient prendre à revers leurs "chères" banques, on ne va pas se priver.

Il faut d'abord revenir aux sources du "développement durable", une expression, qui malgré sa sur-utilisation, comporte des éléments assez précis, et je ne parle pas cette fois-ci d'écologie. Le rapport Brundtland, qui a véritablement accouché de l'expression, avait une vue globale du développement, qui passait aussi par les sphères sociales et économiques. On se rapproche encore un peu plus de notre but en reprenant ce mini-résumé de Wikipédia :

"Le développement durable s’est construit comme une réponse des institutions et des entreprises aux préoccupations de la société civile et de certaines ONG, relatives aux impacts environnementaux et sociaux de l’activité des principaux agents économiques sur leurs parties prenantes".

C'est évidemment la partie "sociale" qui me semble intéressante de retenir ici, en oubliant le temps de ce post le vernis écolo qui recouvre l'expression. Car conrêtement, le DD appliqué aux entreprises, dont les banques, ça s'appelle la RSE : responsabilité sociale des entreprise, un concept qu'elles en toutes endossées très rapidement pour rester à la mode, mais sans prendre conscience de ce que cela recouvrait. Voici ce qu'on retrouve dans cette appellation :

"La responsabilité sociétale des entreprises est un concept par lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, voire de bonne gouvernance dans leurs activités et dans leur interaction avec leurs parties prenantes [dont nous, clients] sur une base volontaire En effet, à côté des obligations réglementaires et législatives, existe tout un champ d'actions possibles sur la base du volontariat et qui peuvent s'appuyer notamment sur des normes : à citer cependant en France, une loi relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) qui incite les entreprises cotées en bourse à inclure dans leur rapport annuel une série d'informations relatives aux conséquences sociales et environnementales de leurs activités."

Je lisais hier un article sur la Toile sur les "class actions" américaines, ces procès riche-a-la-super_20.jpgcollectifs, généralement initiés par des usagers lésés ou en colère, et qui ont pu déboucher sur des amendes et corrections records pour les institutions incriminées. Ma question est donc la suivante : toutes ces "chartes du développement durable" (BNP), d'"engagement citoyen" (LCL), de "déontologie" (SG), ne peuvent-elles pas être engageantes juridiquement, au sens où un manquement sur ces thèmes pourrait faire l'objet de procédures ? Loin de vouloir voir la France théâtre de procès aussi ridicules qu'aux Etats-Unis (le cas du "pantalon perdu" à 52 millions de dollars reste un modèle d'abus du droit).

Un bon procès de la part d'employés ou de clients/usagers ne remettraient pas dans le droit chemin les banques, qui jusqu'ici, ont presque toutes failli aux sirènes des subprimes, se sont donc plus ou moins cassé la figure, pour venir ensuite quémander notre argent, celui de l'Etat, et en plus conserver leurs plus grosses tares ? Où sont les prêts pour les PME ? pour les achats immobiliers ? Pourquoi doit-on subir chaque semaine dans le Canard Enchaîné les affres des banquiers, entre leurs bonus dégoutants, leurs séminaires aux cocotiers, pendant que nous payons sans rien dire ni pouvoir faire quoi que ce soit ?

Ce serait une bonne application du développement durable, qui, j'en suis sûr, ne tarderait pas à porter ses fruits en terme de changements de comportements...

Luc

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu