Avertir le modérateur

28/03/2011

Une expérience de shopping à Usines Center

Capture d’écran 2011-03-28 à 00.11.52.pngVoici une intéressante expérience à laquelle je me suis prêté il y a maintenant une semaine, à l'invitation d'une agence de communication. Oui, il s'agit d'un "post sponsorisé" comme cela s'appelle (je rappelle que la loi interdit aux blogueurs de ne pas "déclarer" ce type de billet, et c'est bien normal), vous pouvez donc quitter les lieux dès maintenant si cela vous gêne, mais je conseille à mes lecteurs de suivre cette histoire qui dépasse le cadre d'une "opération de pub". Vous savez aussi que j'ai pu accepté d'autres sollicitations qui avaient mal tourné, et dont je vous avais fait part, notamment avec Cetelem.

De quoi s'agit-il ? D'un centre commercial francilien, Usines Center Parinor 2, qui propose un "shopping sponsorisé" à une sélection d'internautes, avec à la clé 250 euros de chèques cadeau à dépenser dans le centre, contre promesse d'un billet. Pas d'un billet déguisé, ou vendeur, ou vendu, aussi je vais vous relater mon expérience.

photo.JPG

Passée la première prise de contact, j'accepte la "mission". 250 euros, c'est évidemment très intéressant, je ne signe rien qui me contraigne, et j'ai par le passé tant critiqué la grande distribution classique, qu'il était également idiot de ne pas aller voir de plus près le tout. Je serai très franc avec vous, et avec l'agenc et la marque qui je pense me liront, j'avais un à priori plutôt négatif : un centre commercial éloigné, dont le facteur prix est en principe le seul intérêt, et avec, je l'imaginais, des stocks d'invendus (pas invendus pour rien !) à refaire à bas prix.

Eh bien il arrive que l'on se trompe, complètement, et je suis ressorti enthousiaste. D'avoir certes pu bénéficier d'un "supplément de pouvoir d'achat" non négligeable, mais d'avoir surtout mieux compris la logique de ces centres, et d'y avoir passé un bon moment, avec des commerçants. Des vrais commerçants, qui n'ont pas grand à voir avec une galerie marchande de centre commercial.

photo(3).JPG

 

Voici ce que je retire de cette expérience :

* Humainement, une vraie rencontre. D'abord avec la responsable de communication du centre, qui m'a "soudoyé" avec une crêpe offerte dans la gargotte en face du centre (c'est à deux pas du RER B du Parc des expositions de Villepinte, à une grosse demi-heure tout compris de Chalelet les Halles). Qui m'a expliqué son boulot. L'environnement (dont les tenanciers de la "gargotte", ici depuis 20 ans. Des tenanciers qui vous donnent l'impression que quelque soit la dureté apparente de la situation - dehors, dans une zone commerciale éloignée - les hommes et les femmes peuvent par leur comportement et leur volonté rendre ce cadre acceptable et mieux, agréable). Les commerçants également, très disponibles, sans savoir à l'avance que j'étais là pour "tester", quelque part, leur prestation

Capture d’écran 2011-03-28 à 00.15.27.png

* Economiquement, il s'agit de faire des affaires et elles sont bonnes, avec de 20 à 40% de différence de prix par rapport à ce que l'on trouve ailleurs. D'ailleurs, il y a souvent un double étiquettage, avec un "PB" (prix boutique), un "PU" (prix usine) qui vous permet de comprendre ce que vous économisez à chaque achat. La variété des boutiques, aussi, puisque là où je pensais entrer dans une jeannerie au rabais, j'ai pu découvrir plusieurs boutiques, avec souvent les derniers modèles existants. Qu'ai je donc acheté avec 250 euros ? Voilà ma liste !

* Des vêtements : chaussettes, ceinture, une montre la mienne n'étant presque plus lisible de par son grand âge

* Des accessoires de cuisine : ma poêle avait beau être en très mauvais état, quand on connait le prix habituel... j'ai pu pour moins de 70 euros repartir avec un wok, une très grande poêle (28cm), deux plats en pyrex, plusieurs petits accessoires de découpe et de service

* un sac de sport qui m'évitera de faire craquer mon sac à dos

* Commercialement, l'opération est bien menée, ne nous oblige pas à quoi que ce soit, et c'est avec plaisir que j'ai pu participé et redécouvrir Usines Center.

A bon entendeur ! Je suis assez curieux de ce que vous penserez de cette opération, les commentaires vous sont ouverts évidemment.

Luc, Consommaction

25/03/2011

Vacances d'été : les statistiques 2011 !

En attendant de vous faire part d'une de mes "réconciliations" avec les univers commerciaux, voici des chiffres intéressants sur les vacances d'été que les Français souhaitent prendre cette année, par SudOuest :

 

 Plus de 60% des Français préfèrent les vacances à la mer (photo d'archives)

Plus de 60% des Français préfèrent les vacances à la mer (photo d'archives)

Plutôt mer, campagne ou montagne pour les vacances d'été ? Selon une étude réalisée par l'institut CCMBenchamark et publiée par Europe 1, 61 % des Français préfèrent les vacances à la plage, plutôt qu'à la campagne (20%) et à la montagne (19%). Pour 1/3, elles auront lieu hors des frontières. Avec la révolution des les pays arabes, c'est l'Espagne, l'Italie et la Grèce qui deviennent prisées.

Mais surtout, l'heure est à la prévoyance. 24% des Français disent en effet avoir déjà réservé leur lieu de vacances. 16 % s'y prendront au moins deux mois à l'avance.

Enfin, côté budget, pour 40% des sondés, il sera le même que l'année dernière. 43% des Français préfèrent la location, 41%  iront chez des proches.

Et vous, avez-vous déjà planifié vos vacances d'été ?

Côté local, je vous en avais parlé, j'avais publié un billet il y a quelques temps sur l'éco-tourisme, celui qui ne nécessite pas de partir en avion, et qui permet d'économiser, de rencontrer les terroirs locaux (et de les faire vivre !), bref, je vous renvoie à ces initiatives qui personnellement m'ont convaincu !

Luc, Consommaction.


13/03/2011

1,5€ le litre de super : un seuil "symbolique" pour les Français

Voici une bonne nouvelle puisqu'elle devrait pousser les Français à changer leurs habitudes de transport, et je l'espère à lacher enfin leur "voiture individuelle" (oui, j'ai le droit de le dire car je fais l'effort trois fois dans la semaine de faire du covoiturage pour aller au boulot... et le nombre de voiture avec une seule personne saute d'autant plus aux yeux !), c'était sur le Figaro :


Crédits photo : Richard VIALERON/Le Figaro

Selon un sondage Ifop à paraître dans Sud Ouest, 1,5 euro le litre de gazole constitue un seuil symbolique pour un grand nombre de consommateurs.

Les Français ne supporteront pas éternellement la hausse des prix du carburant, sans modifier leurs habitudes de consommation. D'après un sondage Ifop à paraître ce dimanche dans Sud Ouest, 47% des sondés envisagent en effet de réduire dès à présent leur consommation d'essence si les prix continuent à grimper.

Conséquence de la flambée des prix du baril de pétrole, ceux du carburant ont atteint la semaine dernière des records historiques. Le litre de sans plomb 95 s'est vendu 1,50 euro en moyenne dans l'hexagone, et le litre de gazole 1,54 euros, a fait savoir en début de semaine la Direction générale de l'Energie et du Climat (DGEC). Certaines stations parisiennes proposaient même le litre de carburant sans plomb à 1,8 euro.

Si les consommateurs intègrent de plus en plus, depuis 2005, l'idée d'une hausse inexorable des prix du carburant, 1,5 euro le litre de gazole demeure pour beaucoup un seuil symbolique au-delà duquel ils ne consommeront plus autant. Seuls 15% des sondés placent ce seuil à un niveau supérieur à 1,5 euro le litre, souligne le sondage. Jean-Louis Schilansky, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), dresse le même constat. Il rappelle qu'en 2008, lorsque les prix du carburant avaient également fortement augmenté, la consomamation avait baissé de 3% une fois ce seuil franchi.

 

Pas de baisse des taxes

La décision de réduire ou non sa consommation dépend cependant pour partie du niveau de vie. 40% des ouvriers se sont ainsi déjà restreints. En revanche, les cadres et professions libérales sont plus nombreux (14%) que la moyenne (11%) à déclarer qu'ils ne modifieront en rien leurs habitudes, quel que soit le prix du litre. Pour beaucoup, le niveau de consommation de carburant est par ailleurs fortement contraint par le mode de vie.

Face à l'envolée des prix, le gouvernement a cependant exclu cette semaine toute baisse des taxes sur l'essence susceptible d'alléger le budget transport des Français. «On ne peut prendre des mesures de ce type-là à une époque où on doit impérativement tenir les finances publiques», a tranché la ministre de l'Economie Christine Lagarde. Celle-ci s'est donc bornée à conseiller aux Français d'acheter malin et de respecter des règles de bonne conduite permettant de réduire, même à la marge, le prix à la pompe.

Luc.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu