Avertir le modérateur

29/11/2008

Revue de web #2 : Soja & mélanine, générateur universel, AMAP, NEF

Un week-end de grisaille et de fraîcheur... de quoi rester un peu (plus) derrière ses écrans ! Voici la seconde revue de web de sujets que je n'ai pas eu le temps de traiter mais dont j'ai envie de parler un peu. Je reviendrai sur certains dans les semaines à venir, peut-être quand les journées feront 26h, histoire d'avoir un peu plus de temps pour faire circuler l'information !

  • La mélanine frappe encore, et ça vient encore de Chine. Après le lait, les oeufs, c'est désormais le soja qui est clien.jpgontaminé par cette substance qui avait créé un véritable scandale en Chine et des mesures de rétorsion en Europe. Pour en savoir plus, c'est ici !
  • Un "générateur universel" pour produire de l'éléctricité proprement et à bas coût, autant dire une solution quasi-miracle pour les pays en développement ou les lieux les plus isolés. Un beau projet détaillé chez Enerzine.
  • Un lien-ami vers les AMAP. Je vous parlais récemment de mes achats de fruits et légumes bio, au prix exorbitant. Un autre système intéressant consiste à passer les AMAP qui font la jonction directe entre les producteurs de votre région et les consommateurs. Je vous recommande d'aller faire un tour sur leur site Ile de France, et de vous engager pour une agriculture de saison, de proximité, et souvent bio.
  • Enfin, un lien que m'avait recommandé un lecteur quand je parlais des banques, la NEF, une "société coopérative de finances solidaires", soit une alternative intéressante aux banques dont le comportement est toujours aussi scandaleux et à propose desquelles la relance économique en cours me laissait au mieux dans le doute.

Bon week-end !

Luc.

27/11/2008

Crise économique : que penser des remèdes qui sauvegardent les principes qui ont créé la crise ?

Ce post est un appel à commentaires car je suis très sceptique face aux plans de relance de l'économie mondiale et voici pourquoi. On entend depuis plusieurs semaines maintenant que les Etats ou les grands unions régionales, comme l'Union Européenne, débloquent en quantité des fonds pour soutenir l'économie, éviter une crise trop dure, et faire en sorte que ce qui s'est passé avec les subprimes reste un mauvais souvenir pour la majorité.

En tant que consommacteur, et c'est là que j'aimerais savoir ce que vous en pensez, je suis assez dubitatif face aux mesures énoncées ou décidées par ces acteurs.

1. La crise est née du fonctionnement actuel du système bancaire qui pousse les usagers, particuliers comme entreprises ou collectivités (voir à ce propos l'état de quasi-faillite de la Seine Saint Denis avec 97% d'emprunts sous forme de produits toxiques, quand on pense que c'est un département communiste...), mais les principales réserves de fonds allouées sont réservées... aux banques. Les voleurs sont remboursés et en plus, l'argent qui leur es prêté par l'Etat...a été emprunté dans les banques. cherchez l'erreur7familles-dinosaures.jpg

2. Si les banques ont "poussé au meurtre" et à l'endettement (voir mon post précédent sur les mesures évoquées pour contrer le surendettement en France), les consommateurs sont également responsables, d'avoir été trop gourmand, d'avoir vécu au-dessus de leurs moyens. Je pense que tous n'ont pas les moyens de bien se rendre compte de ce qu'implique le recours aux "prêts à la consommation", ces prêts si nuisibles et si faciles à contracter. Une envie ? Hop, aussitôt assouvie !

3. Les entreprises "classiques" sont celles que l'on va sauver en priorité, notamment l'automobile... Travaillant pour une PME qui fournit, entre autre, des pièces à cette industrie, je devrais me réjouir, mais cela veut dire qu'on ménage des industries pas vertes pour un sou, et ces sauvetages en série les confortent, le temps de la crise au moins, dans ce modèle-ci. La crise n'était-elle pas l'occasion pour les bailleurs (l'Etat, donc nous autres contribuables) d'imposer des changements radicaux dans la production automobile ? A quoi sert de sauver General Motors qui n'a jamais fait d'efforts pour changer ses gammes de pick-up énergivores, ni pour changer les habitudes des automobilistes américains, les plus pollueurs ?

4. Les baisses de la TVA, comme prévue en Angleterre de 17,5 à 15%, ne sont-elles pas une incitation à rester dans une société de surconsommation ? Alors que les fêtes approchent, baisser la TVA coûte cher : sur un produit à 100 euros, une baisse de la TVA comme au Royaume Uni fait passer le produit à 97,5€... pas sûr que cela soit d'une grande aide au consommateur, mais par contre, le manque à gagner pour l'Etat est colossal, et encore une fois, cela ne donne pas le bon exemple, pourquoi faut-il impérativement maintenir ces très hauts niveaux de consommation ?

Bref, les "remèdes" apportées à la crise me semblent aller dans le sens de la sauvegarde de notre ancien système, celui-là même qui est à l'origine de la crise. Il n'y a pas de crédits débloqués pour les entreprises vertes ou innovantes ou citoyennes, les banques et l'automobile seront les principaux bénéficiaires de ces sommes, je ne crois pas que cela soit une très bonne idée...

Qu'en pensez-vous de votre côté ? Est-on prêt à sacrifier un peu de son niveau de vie pour changer de système ? Faut-il absolument sauver les "dinosaures" d'une économie qui a prouvé son incapacité à surmonter les crises ? Des nouveaux modèles de sociétés en tête ?

26/11/2008

Série "Planète Consommaction" #2 : les déchets en Europe

A l'occasion de la Semaine de réduction des déchets organisée par l'ADEME et le Ministère de l'Environnement, voici un petit tour d'Europe de la production de déchets par habitant, une statistique qui reflète de manière intéressante l'effet sur les individus de politiques forcément collectives de tri sélectif, d'éducation et d'investissements dans des structures de recyclages.

Les statistiques qui suivent concernent les déchets urbains, ce qui donne un chiffre proche de la totalité des déchets, puisque cela recouvre les déchets ménagers classiques, mais aussi ceux des commerces et des administrations, dans le périmètre d'une commune. en sont exclus les déchets industriels qui sont très particuliers par leur volume, leur nature, mais aussi leur meilleure intégration dans les circuits de retraitements et ré-utilisation des produits (car forcément, il y a un intérêt financier direct à ne pas gaspiller ou jeter).

Voici un tableau récapitulatif trouvé chez Greenzer :

Islande : 1049 kg par habitant et par anindex_1_r1_c2.gif
Irlande 735
Norvège 695
Danemark 675
Luxembourg 658
Allemagne 638
Espagne 616
Autriche 612
Royaume-Uni 610
Autriche 612
Pays-Bas 598
Moyenne des pays d’Europe occidentale : 580
France 560
Italie 520
Suède 470
Portugal 461
Finlande 450
Belgique 446
Grèce 441

La France est donc de justesse dans la bonne partie du tableau, mais pourrait suivre l'exemple des grecs ou des belges. Cela fait tout de même près d'une demi-tonne de déchet par personne en un an... mais c'est là aussi que le tri devient intéressant, je constate par exemple que lorsque je me suis mis pour de bon au tri des papiers et emballages de la maison (cuisine, électroménager, journaux publicitaires ou non), je remplis en moyenne un peu plus d'un sac poubelle de papiers pour un sac de déchets ménager (et je n'ai pas la chance d'avoir de compost). En poids, c'est plus léger, mais en s'y tenant rigoureusement, les volumes triés sont rapidement impressionnants.

Ces chiffres illustrent très bien le rapport entre politiques publiques et comportements individuels : un bon encadrement, comme en France, permet à chacun de faire baisser les moyennes de production de déchets. Et si avec ce post je peux contribuer à faire baisser la consommation de quelqu-uns d'entre vous, ce sera un beau retour d'ascenceur vers la collectivité :).

Luc.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu